Renardeau

C’est alors qu’apparut le renard:
– Bonjour, dit le renard.
– Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.
– Je suis là, dit la voix, sous le pommier.
– Qui es-tu ? dit le petit prince. Tu es bien joli…
– Je suis un renard, dit le renard.

Antoine de Saint Exupéry

Les prés venaient d’être fauchés. Bientôt les rapaces, les renards, les chats forestiers allaient passer pour chercher quelques nourritures. C’était donc l’occasion d’aller se promener dans les prés pour espérer photographier tout ce petit monde. Arrivé sur place, je me suis posté à côté d’une haie. Après une trentaine de minutes je vis arriver un autre photographe. Après discussion il m’indiqua un terrier de renard dans un talus en bordure des prés. La nuit tombant je me rendis à l’endroit indiqué et là, une scène magique m’y attendait : une fratrie de renardeaux sautant les uns sur les autres, s’amusait devant le terrier, ne se préoccupant absolument pas de ma présence. L’obscurité arrivant je décidai de m’éclipser en repérant bien les lieux, car j’étais persuadé de pouvoir revenir le lendemain pour faire quelques clichés. Le lendemain soir je me rendis sur place, les renardeaux étaient toujours là, à jouer entre frères et sœurs, ils ne s’apercevaient même pas de ma présence. Soudain un petit, un peu plus déluré que les autres se rendit compte qu’il y avait quelqu’un qui l’observait. Il décida de venir un peu plus vers moi en gardant une distance de sécurité. J’étais bien sûr resté immobile, mais à ce moment j’eus cette sensation d’être entré en communication avec lui. Ses magnifiques yeux qui m’observaient, la curiosité qu’il manifestait pour moi, son désir de ne pas fuir, me procurèrent une sensation incroyable. En temps normal les renards sont plutôt craintifs, les pauvres bêtes sont sans arrêt sur leurs gardes (pièges, chasse, déterrage). Ces petits allaient devoir rester méfiant s’ils voulaient rester en vie. Au vu de leur taille, je pensais qu’ils allaient d’ailleurs bientôt quitter leur terrier. Effectivement je suis revenu plusieurs soirs à la suite, mais personne, aucun renardeau n’apparut.  Quatre-vingts pour cent des renardeaux meurent dans leur première année. J’espère que mon ami petit renard est toujours vivant. Pour moi, il est toujours présent dans mon cœur et les photos que j’ai pu faire de lui ce soir-là, le rappellent toujours à mon souvenir.

 

Fabrice Seguin

Fabrice Seguin

Photographe animalier utilisant du matériel Nikon, Benro, GoPro, Photoshop, lightroom CC, Créative Cloud.
Passionné par l'informatique et la conception de site web. Mais aussi par le bricolage et la mécanique.
Cycliste amateur dans ma jeunesse, deux fois champion de Normandie.
Musher (conducteur de chien de trainaux) pendant 25 ans avec de nombreux championnats de france et 8 trophés de Savoie.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires