Catégorie : Animaux

Le Lynx

C’est en ce jour de fĂ©vrier 2021 que la nature dĂ©cida de me faire un superbe cadeau ! … après toutes ces annĂ©es passĂ©es depuis 2014 en me disant qu’un jour peut-ĂŞtre j’aurais la chance de croiser le lynx, mais surtout qu’il ne me restait plus que quelques semaines avant de repartir en Normandie pour raison familiale. J’ai toujours gardĂ© un peu d’espoir jusqu’au dernier moment. En cette fin de journĂ©e et ayant surtout dĂ©cidĂ© d’aller tester l’efficacitĂ© d’un Damart fraĂ®chement achetĂ©, je dĂ©cide donc d’emmener mon matĂ©riel photo et mon fidèle Merlin bien sĂ»r tout en sachant très bien qu’un affĂ»t avec un chien est fortement compromis. L’optique Ă©tant plutĂ´t de tester ce sous-vĂŞtement, je pars donc de la maison avec peu de conviction. J’ai bien observĂ© une semaine auparavant une peau de chevreuil fraĂ®chement tuĂ©e et quelques ossements trainĂ©s par un renard, je me suis mĂŞme fait la rĂ©flexion « le lynx a dĂ» passer par lĂ , j’ai encore manquĂ© le rendez-vous ». Ayant dĂ©jĂ  loupĂ© un rendez-vous en 2015 et en 2018 ayant pourtant passĂ© toute la soirĂ©e auprès d’un chevreuil fraĂ®chement tuĂ© (ce gros malin a attendu que je sois parti la nuit pour venir manger son butin), je m’installe donc sans grande motivation, Merlin ayant pris sa position de guetteur, mais restant très calme. Après trois quart d’heure d’attente je vois un beau renard passer ou plutĂ´t une belle renarde ! Puis s’installe un calme plat. Après un nouveau quart d’heure d’attente et ayant un peu froid et surtout une envie pressante, je me lève un peu et pense que finalement je devrais mieux rentrer ! Finalement je me ravise et dĂ©cide de patienter encore un peu ; après quinze Ă  vingt minutes environ j’aperçois un mouvement derrière les branches. Je distingue la silhouette de ce magnifique fĂ©lin, mon appareil Ă©tant sur son pied mais proche de moi, je dĂ©cide de le placer devant moi. L’émotion montante me fait oublier pendant un moment comment fonctionne mon appareil photo. Je fais un premier dĂ©clenchement mais le lynx m’a dĂ©jĂ  repĂ©rĂ©, il a quand mĂŞme dĂ©cidĂ© de m’offrir un peu de son temps et sans crainte il va prendre quelques pauses ; j’ai vĂ©cu Ă  ce moment une joie que peu de personnes peuvent vivre, je tremble complètement et me demande si c’est rĂ©el et pourquoi aujourd’hui ? C’est surprenant mais le chien l’observe Ă©galement et reste assis tranquillement et surtout silencieusement, nous nous observons donc tous les trois et ce moment de bonheur restera gravĂ© bien longtemps dans ma mĂ©moire. Après nous avoir observĂ© un bon moment, ce fĂ©lin aux pattes de velours va longer la forĂŞt en nous regardant, puis va s’Ă©clipser dĂ©licatement au travers des Ă©picĂ©as. La pĂ©nombre arrivant petit Ă  petit, je dĂ©cide de plier bagage. Je vous laisse penser Ă  la suite de ma soirĂ©e qui fut bien mouvementĂ©e pour moi et qui me laisse penser que j’ai vĂ©cu en ces quelques minutes un moment intense de ma vie !

Renard

Les origines du renard roux (Vulpes vulpes)

Le Renard roux appelĂ© aussi Renard commun, Renard rouge ou, rarement encore, Goupil est une espèce de CanidĂ©s de taille moyenne. La longueur de son corps (tĂŞte et corps) varie de 58 Ă  90 cm avec une queue de 32 Ă  49 cm. La hauteur au garrot est de 35 Ă  40 cm et il pèse entre 4 et 10 kg. C’est un mammifère au pelage roux marquĂ© de blanc sous le ventre et la gorge, au museau pointu, aux oreilles droites et Ă  la queue touffue. L’espèce est classĂ©e dans l’ordre des Carnivores, mais il a un rĂ©gime alimentaire omnivore Ă  prĂ©dominance carnivore, et se nourrit surtout de rongeurs il peut en capture jusqu’à vingt en une heure et ce n’est pas moins de six Ă  dix mille souris qu’il consomme et qu’il apporte Ă  sa progĂ©niture. Des lapins, mais aussi des insectes, des poissons ou des fruits. Il est ainsi très opportuniste, ce qui lui permet de s’adapter Ă  des milieux très diffĂ©rents et de modifier son alimentation suivant le mois de l’annĂ©e. Le Renard roux se reproduit, suivant la rĂ©gion, de dĂ©cembre Ă  fĂ©vrier, pour une mise basse aux beaux jours (gestation d’environ 50 jours). Celle-ci s’effectue Ă  l’abri d’un terrier, alors que, le reste de l’annĂ©e, le renard vit presque exclusivement au grand air. Les petits sont d’abord nourris par le lait de leur mère, puis, petit Ă  petit, le couple de parents leur apporte de la viande. Ils commencent Ă  sortir du terrier au bout de quatre semaines, sont sevrĂ©s Ă  neuf semaines, et, après avoir passĂ© l’Ă©tĂ© avec leurs parents, ils se dispersent Ă  l’automne. L’ampleur de la dispersion et la taille des portĂ©es varient suivant les ressources alimentaires du milieu et la mortalitĂ©, permettant Ă  l’espèce de maĂ®triser ses effectifs. Son opportunisme et sa grande facultĂ© d’adaptation, qui lui ont permis de coloniser une grande partie de l’hĂ©misphère nord, en font un des mammifères les plus rĂ©pandus de la planète. Le Renard roux est un animal considĂ©rĂ© comme rusĂ©, Il est chassĂ© pour sa fourrure, pour le plaisir, pour ses dĂ©prĂ©dations sur les petits animaux d’Ă©levage et aussi parce que le renard est un des vecteurs de la rage et de l’Ă©chinococcose alvĂ©olaire. Le renard roux investit, petit Ă  petit, les villes, se nourrissant de dĂ©chets et se rĂ©fugiant dans les parcs et jardins des quartiers rĂ©sidentiels.

Phoque en Baie de Somme

Après avoir sĂ©journĂ© quelques jours en Normandie, nous avons dĂ©cidĂ© d’aller passer quelques jours en Baie de Somme. En ce matin du 4 septembre 2019, après avoir obtenu quelques renseignements de notre logeuse, nous nous rendĂ®mes Ă  la pointe du Hourdel pour essayer de rencontrer les phoques. Après avoir observĂ© de loin toute une colonie qui faisait bronzette sur un banc de sable, j’aperçus au loin un attroupement.Je me rendis vite compte vite qu’en fait il s’agissait d’un phoque solitaire. ArrivĂ© sur place, je me trouve en prĂ©sence d’un jeune qui ne veut visiblement pas retourner Ă  la mer. Mais rassurez-vous, celui-ci Ă©tait protĂ©gĂ© par un gardien. J’ai donc pu faire quelques clichĂ©s.

Marmotte


Cela fait déjà 2 semaines que je me rends sur mon site à marmottes. Oh surprise ! Malgré le soleil, tout est désert, tout est silencieux, plus aucun tintement de cloches de vaches, les agriculteurs ont descendu les clôtures en prévision d’éventuelles chutes de neige. L’herbe est desséchée, c’est certainement pour cette raison que mes protégées se sont plongées dans une hibernation. Ceci dit certainement aussi à cause de leur métabolisme. La marmotte des Alpes ( marmota marmota) hiberne de mi-octobre à mi-avril environ. L’accouplement ayant lieu mi-avril, la gestation dure jusqu’à presque fin mai ; jusqu’à mi-juillet, période de leur sevrage, les jeunes séjournent dans le terrier. De mi-juillet à mi-octobre, accumulation de réserve graisseuse en vue de l’hibernation et ensuite mi-octobre début de l’hibernation.

FICHE DESCRIPTIVE DE LA MARMOTTE DES ALPES.
Nom (genre, espèce) : Marmota marmota
Famille : Sciuridés
Ordre : Rongeur
Classe : Mammifère
Identification : Silhouette massive
Pelage : Brun jaunâtre à gris avec tête plus sombre, queue noire avec base brune grise
Taille : TĂŞte et corps :50 Ă  60cm, queue :12 Ă  20cm
Poids : 3Ă 8 kg, moyenne 5kg
Répartition : Alpes, Carpates, Monts-Tatras, Pyrénées(réintroduction)
RĂ©gime alimentaire : Herbivore
Habitat : Alpage, Ă©boulis au-dessus de la limite des arbres entre 1500 et 3000m
Habitation : Terrier d’été, d’hiver et de secours
Hibernation : Mi-octobre à mi-avril, hibernation en hypothermie avec réveils périodiques de courte durée
Structure sociale : Groupe familial : 1 mâle et 1 femelle reproducteurs et les portées de deux années
Maturité sexuelle : 3 ans
Saison de reproduction : Au printemps seulement
Durée de gestation : De 32 à 34 jours
Nombre de jeunes par portées : De 1à7 en moyenne 4
Poids de naissance : Environ 30g
Durée d’allaitement : De 6à 8 semaines
Longévité : De 12 à 15 ans
Effectifs : Plusieurs centaines de milliers, en légère augmentation
Statut, protection : Chasse réglementée dans certains pays comme la Suisse et la France